"520PF Plongée dans l'univers étrange de l'hospitalisation"

10 - Bon sang ne saurait mentir (adage populaire)

Bon sang ne saurait mentir (adage populaire)

 

L’intervention chirurgicale que j’ai subie a duré sept heures. C’est beaucoup, et pour moi, c’est un record. « La cuisse, çà saigne beaucoup ». je l’ai découvert les jours qui ont suivi : l’anémie, les culots…

L’anémie, c’est quand tu as perdu du sang, et que tu manques de globules… T’es tout pâle, faiblard, et tes veines disparaissent de la surface de ton corps, elles se réfugient en profondeur, un peu comme s’il y faisait plus chaud. Du coup, c’est difficile de te piquer pour te poser une perf…

Les culots, c’est des poches de sang tout prêt. Il est de ton groupe sanguin et on te le distille (te l’instille serait plus juste, mais bon…) en goutte à goutte pour t’aider à te retaper. J’en ai ainsi eu sept (m’a-t-on dit) durant l’opération et quatre après. Onze poches de sang issus des veines de généreux donateurs qui, dans une salle des fêtes aménagée, dans un camion spécial, dans un laboratoire ont donné, sans savoir l’usage qui en serait fait, quelques centilitres de leur propre production sanguine. Geste généreux ! Geste gratuit, qui profite à des acrobates dans mon genre qui, un jour, ratent leur atterrissage (l’envol était superbe !) et ont besoin de ce jus de groseilles pour se retaper. Bon sang ne saurait mentir ! Et voilà que je me sens mieux après ces transfusions. Les qualités et les défauts des donateurs se transfusent-elles aussi ? Au jour d’aujourd’hui, je n’en ai pas l’impression. Dommage ! J’ai besoin d’être un peu plus généreux… (séquence autocritique !)

 

Seulement un mois après, à « L’Espérance », on me dit qu’il faut faire un bilan sanguin. Moi, naïf, je me dis que c’est pour mesurer le fer (l’anémie, quoi…). J’en manque toujours un peu malgré l’adjonction de cette tige dans ma jambe gauche et de ces plaques et vis dans mon poignet ! Eh bien non ! Pas du tout ! C’est pour vérifier que le sang qu’on m’a transfusé, ne m’a pas offert, en plus des globules salutaires, un petit coup de VIH ou autre cochonnerie qui serait passée malgré les contrôles… Je saurai donc dans quelques jours, si j’ai été contaminé ou non. Pour autant, je ne serai pas complètement rassuré, puisque d’autres contrôles devront être réalisés à distance pour s’approcher de la certitude…Il y aura donc peut-être une suite à ces écrits, d’ici quelques années… Va savoir ! Ah ! Ces analyses !

 

 

 

 

 



11/03/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour